Mairie de Couflens s'adresse à Madame la Préfète de l'Ariège, amiante Salau et financement du projet minier   
    
Projet de complexe minier Salau >>Variscan-Mines et amiantes de Salau ,  faut-il douter de faits avérés ? 
 
www-montagne-protection.org 
 
 
Bas de page 
 
 
~~~~~~~~

Salau projet minier : Mairie de Couflens s'adresse à Madame la Préfète de l'Ariège Amiante et financement

~~~~~~~~ 
 

Amiante, projet minier Salau ;Mairie de Couflens s'adresse à Madame la Préfète de l'Ariège

 
 
Mine de Salau  et projet de complexe minier à Salau-Couflens  
 
 
 
 
Mairie de Couflens s'adresse à Madame la Préfète de l'Ariège  
 
Faim dans le monde, Guerres,... 
Actions humanitaires à travers le monde  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CORNE DE L’AFRIQUE 
2011 
 
 
 
Famine 2011 
Corne de l’Afrique:besoins 
et aides effectives 
( tableau comparatif ) 
 
 
 
 
 
 
REFLECHIR ET 
AGIR: 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Couflens le 21 juin 2016 
 
Droit de réponse à la dernière conférence de presse de Mme la Préfète de l’Ariège. 
 
Communiqué de presse 
Nous prenons acte du fait que Mme Marie Lajus, préfète de l’Ariège prenne, enfin, en compte la  problématique amiante dans le dossier de demande de Permis exclusif de Recherche concernant le secteur de  Salau. En revanche, nous déplorons que toutes les études publiées par le passé soient niées et que les  
affirmations des services de l’état ne soient pas entendues.  
 
- Plusieurs thèses universitaires réalisées sur le gisement de Salau pendant l’exploitation de celui-ci, confirment la présence d'amphiboles asbestiformes ou non, d’actinolite et de trémolite, donc d’amiante (terme grand public utilisé pour désigner ce type de matériaux) : Mme Colette Derré écrivait en 1978 : « La  gangue de ce minerai riche en scheelite est le produit de l’altération des skarns et des skarnoïdes. Elle contient de l’hédenbergite relique, aux dépens de laquelle se développe une amphibole de composition  variable entre une ferroactinote et une hornblende très riche en fer.».  
En 1987 M. Alain Zham écrivait :  
« Le développement d'amphibole dans les diverses roches étudiées, déjà signalé au cours de cette étude, est un phénomène fréquent lié à l'altération des roches sédimentaires formant l'encaissant de la granodiorite.  
On observe la formation d'une amphibole ferrifère sur l'hedenbergite, quand le quartz envahit les skarns.».  
 
M. Pierre Soler écrivait, lui, en 1977 : « Dans les roches calciques on note la présence d’amphibole fibreuse à structure d’amiante en veines centimétriques à décimétriques. Elle est souvent associée à la calcite. L’épidote et la calcite, associée ou non, forment de nombreuses petites veinules. » 
 
- Le directeur de la Mine écrivait en novembre 1983 à sa direction : « Il n’a pas été trouvé d’amiante dans  les échantillons de granite ni dans les quartz à scheelite. Sur tous les autres échantillons on a trouvé de l’actinolite ; sur trois d’entre eux elle est sous forme fibreuse. On se rappellera que l’actinote est une amphibole (...) constituant une variété d’amiante dans les formes fibreuses ». 
 
- M. Boulmié du BRGM écrivait dans un rapport en 1984 : « De l’amphibole à faciès fibreux est observée dans des cornéennes et dans des skarns. Il s’agit d’actinolite, qui, sans atteindre un faciès abestiforme typique, est apte à produire des fragments fibreux que l’on doit classer sous l’appellation amiante. » 
 
- Une dizaine d’autres études et rapports scientifiques confirment la présence d’amphiboles, d’actinolite et de trémolite. Certaines font le lien avec la santé des travailleurs, M. Henri Pézerat du CNRS écrivait en 1986 «la dizaine de cas de fibroses, naissantes ou bien caractérisées, observées sur les 100 ou 150 personnes exposées à Salau depuis moins de 15 ans, est due essentiellement à une surexposition aux poussières d’actinolite». 
 
- Le 10 mai 2016, le représentant de la DREAL (service de l’Etat), en charge des dossiers «mines» affirme, à  Salau, en présence du sous préfet devant une assemblée de soixante-dix personnes : « Il y a longtemps que  l’on sait qu’il y a de l’amiante à Salau ». Il réaffirmera ses dires le jeudi suivant dans le journal  
d’information régionale de France 3. 
 
- En décembre 2015 l’ANSES indique dans un rapport : « En l’état actuel des connaissances sur les effets sanitaires, les fragments de clivage des amphiboles non asbestiformes d’actinolite, de trémolite, d’anthophyllite, de grunérite et de riébeckite ne doivent pas être distingués de leurs homologues  asbestiformes (actinolite-amiante, trémolite-amiante, anthophyllite-amiante, amosite et crocidolite)» 
Dans le cas (peu probable évidemment !), où les nouvelles analyses (payées par la société Variscan !)  montreraient qu’il n’y ni actinolite, ni trémolite ni aucune autre amphibole à Salau, il faudra que Mme la  Préfète nous explique scientifiquement comment et pourquoi ces matériaux asbestiformes, présents sur le site  avant 1986, ont disparu depuis ! 
 
Nous demandons, également, à Mme la Préfète de prendre rapidement en compte la problématique arsenic  de ce projet car il faut tenir compte des pollutions actuelles et futures qu’est susceptible de favoriser ce  minéral. On constate aujourd'hui une concentration importante d’arsenic aux pieds des stériles de l’ancienne exploitation. Cette pollution est pour le moment contenue dans des digues de fortune en très mauvais état  qu’il convient de restaurer au plus vite afin éviter que les sédiments d’arsenic se déversent dans le Cougnets  puis le Salat et que l’on retrouve ceux-ci à Seix, à Saint Girons ou plus loin. De plus tous les travaux prévus dans la demande de PERM vont déstabiliser l’arsénopyrite contenu dans les roches et libérer de l'arsenic  dans les eaux souterraines et dans les rivières : M. Bonnemaison directeur de Variscan l’explique  (Géosciences 2005) d’ailleurs très bien lui même «...la réalisation de travaux publics, comme l’ouverture  d’une route ou le foncement d’un tunnel, s’ils s’effectuent dans des roches imprégnées d’arsénopyrite,  provoquera inéluctablement une déstabilisation de ce sulfure et libérera de l’arsenic dans les eaux de  ruissellement» : c’est le cas à Salau où l’arsénopyrite est très présent. 
 
Nous souhaitons également que Mme Marie Lajus accorde une attention toute particulière au montage  financier du projet, en effet, le financement des travaux du PERM et les pollutions qu’ils vont engendrer seront financés par une société : Juniper Capital Partner limited qui a son siège aux Îles Vierges Britanniques.  
Cette société a par ailleurs signé un joint-venture avec Variscan Mines qui garanti que le PERM appartiendra  à 80% à Juniper dès que celle-ci aura investi 2,5 M€ soit 10% du montant des investissements prévus. Alors que nos députés votent des lois contre la corruption, contre le blanchiment d’argent et contre la fraude fiscale, le permis exclusif de recherches serait, dans les faits, accordé à une société dont le siège se trouve  
dans un paradis fiscal et non à la société française qui le demande... un comble ! 
 
La Mairie de Couflens 
 
 
 
 
 
 
 
Pour en savoir plus  sur le projet de complexe minier à Salau
Sous l'angle de la montagne,des habitants d'une vallée et de l'amiante : 
-Site de Couflens Salau Demain; association locale  qui aime sa vallée, mais aussi sa santé et   qui donc s'oppose au projet : 
----------------------------- 
 
 
Association départementale à portée dérangeante ( donc bénéfique à l'intérêt général ) qui s'oppose également  au projet : site du Comité Ecologique Ariégeois 
----------------------------- 
 
 
Sous l'angle d'experts en toxicologie: 
association nationale à grande cause qui porte le nom d'un spécialiste en toxicologie de l'amiante,( à qui nous 
devons un air un peu moins amianté ) :Association Henri-Pézerat 
 
 
 
Pour signer la pétition
Attention, en apparence, se présentent deux pétitions, c'est la même. 
N'en signer qu'une 
 
 
10 juillet :premier rassemblement à Salau. Voir couflens-salau-demain Mine de Salau (facebook) 
 
 
 
-------------------------------------- 
 
 
 
Protection de la montagne, de la nature et de l’homme 
Montagne-protection.org 
 
Auteur de ce dosssier  Lilian Brunel 
 
 
 
 
 
 
 
Agriculture Midi-Pyrénées  Chasse, colère   Citations  Débat Ecologistes militants Elections   Faim  Forêts    Mines complexes miniers                                           Moteurs de recherche   Ski  Nucléaire Ours; berger  Photos  Poèmes  Pyrénées menacées Protection nature  Réflexions préambule  Ski station  Wimax,ondes danger  
 
 
 
Haut de page 
 
S’inscire à la lettre d’informations 
© www. montagne-protection.org