Fukushima: évolution de la situation, Japon, France et centrale nucléaire de Fukushima (3)  
Montagne-protection.org-                                                                                                     Protection de la Montagne, de la Nature et de l’Homme 
 
 
 
 
 
Bas de page 
 
 
Nucléaire :propagande d’AREVA et “contre-pub” de Sortir-du-Nucléaire >> catastrophe nucléaire de Fukushima : évolution de la situation (3) 
   
 

Centrale nucléaire de Fukushima.Evolution de la situation France et Japon(3)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Catastrophe de Fukushima 
Evolution de la situation (3) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(publié le 7/4/2011 -dernière mod :29-4 
auteur : Lilian Brunel ) 
 
 
 
Résumé des pages précédentes 
 
-Crainte par des experts d’un accident nucléaire de très forte intensité. 
-L’IRSN semble dire que cet accident est très peu probable. 
-Au Japon la radioactivité aurait dépassé un seuil d’alerte hors de la zone d’exclusion des 30 kms. 
-En France, la CRIIRAD relève la présence très faible d’iode 131  de  Césium 134 et 137 et des traces d’autres radio-éléments non précisés. 
Elle conseille de ne pas boire l’eau de pluie collectée sur les toits. 
 
 

Evolution de la catastrophe de Fukushima (3)

 
Informations classées selon les sources 
(En bleu foncé, informations paraissant les plus capitales. 
En violet, mots qui appellent à s’interroger.) 
 
 
ASSOCIATIONS ECOLOGISTES
CRIIRAD ET IRSN  
IRSN :Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
MEDIAS CLASSIQUES
Des ingénieurs du gouvernement américain ont été envoyés au Japon pour porter main forte aux efforts en cours,(...) ces experts émettent des mises en garde concernant de nouvelles menaces qui pourraient augmenter et persister indéfiniment. C'est à l'intérieur d'un rapport confidentiel préparé par la Nuclear Regulatory Commission que ces ingénieurs rédigent leurs inquiétudes.Parmi les nouvelles menaces nommées dans ce rapport, daté du 26 mars, on cite la pression exercée sur les structures de confinement remplies d'eau radioactive,les rendant plus vulnérables à une rupture suite à une autre secousse sismique. Le document évoque également la possibilité d'explosions à l'intérieur des structures de confinement en raison de la libération de l'hydrogène et de l'oxygène de l'eau de mer pompée dans les réacteurs. Des détails s'ajoutent sur l'accumulation de sel qui fait obstacle à l'écoulement de l'eau douce destinée à refroidir les noyaux nucléaires.” 
(Courriel du 7 avril, de Florent Bigel qui se réfère à nytimes.com ) 
 
 
Le gouvernement Japonais  
notifie à la Société Météorologique  de s’abstenir de toute publication de prévision de nuages radioactifs, afin d’éviter la panique de la population. 
(Source : Florent Bigel qui se réfère à asahi.com -le 4 avril)
Japon 
L’état de trois réacteurs (1, 2 et 3) reste très préoccupant. L’eau douce est maintenant utilisée pour refroidir les réacteurs et les piscines. Néanmoins, les moyens utilisés pour l’injection d’eau 
restent précaires même si de petits progrès sont signalés 
(...) 
Des rejets athmosphériques se poursuivent mais ils sont de moindre ampleur que ceux résultant des opérations de dépressurisation des enceintes de confinement qui ont eu lieu au cours de la première semaine suivant le début de l’accident. Ces rejets ne devraient pas modifier de manière notable, dans les prochains jours, la contamination de l’environnement déjà présente.” 
____ 
 
Afin de limiter les risques de nouvelles explosions d’hydrogène, de l’azote sera injectée. L’opération s’accompagnera d’un rejet de radioactivité.Selon l’IRSN, l’eau est fortement contaminée .(Selon Tepco  elle l’est faiblement.) 
Trois sources  en sont à l'origine: le déversement direct; le cycle de l'eau : par le transfert des cours d'eau, par les retombées directes du panache radioactif. 
____ 
"Le césium 137 (137Cs) a une période radioactive longue (30 ans) : il sera sans doute justifié d’en assurer un suivi attentif de longue durée, dans les zones du littoral japonais où il est susceptible d’être présent dans les sédiments.  Il pourrait en être de même du plutonium si celui-ci se trouvait dans les rejets en mer, ce qui n’est pas établi à ce jour. 
En fonction de la persistance de ces radionucléides et de leurs concentrations plus ou moins importantes, certaines espèces végétales ou animales pourraient être contaminées à des  niveaux significatifs, justifiant la mise en place d’un programme de surveillance radiologique des produits de la mer venant des zones du littoral japonais les plus impactées." 
(B.n°1 du 6 avril-de l’IRSN ) 
 
 
 
 
 
Japon:  
-la Tepco dit avoir trouvé des petits volumes de Plutonium dans des échantillons de sols ramassés près de la centrale; 
-la pêche est suspendue; 
-“interdiction des légumes à feuilles” 
Source: Next-Up, le 7 avril ) 
 
Chine: 
Traces de matière radioactives trouvées dans les épinards en Chine à des taux très faibles. 
(Source: Next-Up, le 7 avril ) 
 
France 
Depuis (...) le 24 mars, (...) présence généralisée de traces d’iode 131 en France dans l’air, les végétaux et le lait, en relation avec les rejets radioactifs dans l’air de l’accident de Fukushima (...)Les concentrations en radionucléides artificiels mesurées en France dans les différents milieux surveillés restent très faibles : entre quelques dixièmes de millibecquerels et quelques millibecquerels d’iode 131 par mètre cube d’air (mBq/m3) ; au maximum quelques becquerels par kilogramme (Bq/kg) de végétaux (herbe ou légumes feuilles) ; au maximum quelques becquerels par litre (Bq/L) dans l’eau de pluie ou dans le lait. 
Des traces de césium 134, césium 137 et ponctuellement de tellure 132, imputables à l accident de Fukushima, sont également mesurées dans l’air en différents points du territoire, à des activités de l’ordre de quelques centièmes de millibecquerels par mètre cube d’air. Les résultats de mesure pour ces radionucléides dans les autres catégories de prélèvement sont la plupart du temps inférieurs aux limites de détection des appareils utilisés.(...) Ils sont très faibles et représentent aucun risque environnemental ou sanitaire, même en cas de persistance dans la durée.>> 
( IRSN B12 du 8-4-11 )
 
-Tepco et le gouvernement Japonais ont été accusés pendant des semaines d’avoir minimisé la catastrophe. 
 
-Le déversement de l’eau radioactive devrait cesser samedi. La situation reste cependant instable. 
Les ingénieurs font savoir qu’ils “ sont encore loin d'avoir repris le contrôle des réacteurs de la centrale et qu'il faudra probablement des mois pour les stabiliser et des années pour nettoyer le site.” 
 
Le groupe Toshiba s'est proposé pour débarrasser la région des six réacteurs en dix ans”  
(Source :Ici.TF1.fr, le 9 avril ) 
 
La Chine fait savoir au gouvernement Japonais qu’elle s’inquiète des retombées radioactives sur son territoire et demande  “toutes les informations nécessaires, complètes et précises.” 
(Source : France Inter,le 9 avril)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
<<En plus d'une forte radioactivité qui les condamne à mort à brève échéance, les quelques 500 liquidateurs de Fukushima doivent travailler dans des conditions atroces et inhumaines. Ils recevraient seulement deux repas par jour, des biscuits le matin et du riz le soir, un maximum d'un litre et demi d'eau par personne, et dormiraient sur des nattes de plomb, à même le sol. Dans cesconditions, un patron confiait au journal Asahi qu'il ne pensait plus "pouvoir trouver d'autres salariés qui accepteraient d'y aller.>> Mathieu Gaulène ( 2 avril ) 
 
Centrale nucléaire d’Onawaga au Japon; nouveau séisme, nouvelle centrale qui présenterait des fuites de radioactivité. ( Information du 8 avril ) 
 
 
 
 
 
---------- 
----------------- 
---------------------------------- 
 
En bref... 
Actualités 
 
 
 centrale nucléaire de fukushima : évolution de la situation (2)  
 
 
 
Montagne-protection.org
Retour haut de page 
 
 
Agriculture  Chasse Citations Débat Ecologistes  Elections  Faim  Forêts Moteurs Nucléaire Ondes  Ours  Photos  Poèmes ProjetsPyrénées Protection nature Réflexions    Station de ski   
 
 
S’inscire à la lettre d’information 
© www.montagne-protection.org