Nucléaire Fukushima menace-t-elle l’humanité  
Montagne-protection.org-                                                                                                     Protection de la Montagne, de la Nature et de l’Homme 
 
 
 
 
 
Bas de page 
 
 
Nucléaire :propagande d’AREVA et “contre-pub” de Sortir-du-Nucléaire >> La centrale nucléaire de Fukushima menace-t-elle l’humanité ? ... 
 
 
 
 
 

Nucléaire la centrale de Fukushima menace-t-elle l'humanité ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La centrale nucléaire de Fukushima 
menace-t-elle l’humanité ? 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En bref... 
Actualités 
 
La centrale nucléaire de Fukushima 
menace-t-elle l’humanité ? 
 
 
 

Nucléaire : la centrale de Fukushima menace-t-elle l'humanité ?

 
(C’est un expert qui suggère cette éventualité.) 
 
(publié le 29/3/2011 -dernière mod :le 10/4/11 auteur :Lilian Brunel) 
(Cette page est l’objet de modifications ) 
 
<<La gestion des territoires contaminés sera une affaire de mois voire d'années.Le site de la centrale est perdu.>> (André-Claude Lacoste; Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire
 
 
<< Les réacteurs, à force de chauffer, pourraient fondre purement et simplement. Le combustible hautement radioactif fondu pourrait alors percer le caisson contenant les réacteurs, répandant de dangereux radioéléments dans l'environnement. L'accident nucléaire serait gravissime, avec des risques élevés et durables pour la population.>> (Devoir.com- le 14 mars) 
 
------------ 
 
Où en est-on au 28 mars 2011 ? 
Le 28 mars, il semble que l’on puisse résumer la situation par ces lignes : 
<<La situation très dégradée des réacteurs a entraîné un écoulement d’eau contaminée vers la mer, qui ralentit la progression des travaux. Selon l'IRSN,l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire cette situation pourrait durer plusieurs semaines. Un point positif : le refroidissement est de nouveau alimenté en eau douce. Face à la complexité de la situation, l'opérateur Tepco a demandé l'appui de groupes industriels publics français : EDF, Areva et le CEA.>> ( Leparisien.fr) 
 
Le 29 mars , extrait de la note d’information de l’IRSN***  
<<Les réacteurs n°1, 2 et 3 restent dans un état particulièrement critique. En particulier, la présence d’eau contaminée dans les bâtiments turbine atteste de fuites liquides en provenance des réacteurs (présence d’iode). 
TEPCO procède depuis le 26 mars à des injections d’eau douce dans les réacteurs n°1, 2 et 3. Des rejets atmosphériques de vapeur contaminée se poursuivent. 
Réalimentations électriques: 
L’alimentation électrique est disponible sur tous les réacteurs. 
Les salles de commande des réacteurs 1, 2 et 3 ont été réalimentées en électricité. 
Le caractère opérationnel des matériels est toujours en cours de vérification. Les travaux ont été interrompus sur le réacteur n°3 suite à la contamination de trois opérateurs.>> 
 
Humanité menacée ? 
Selon un article communiqué par Next-Up, la centrale de Fukushima menace non seulement le Japon, mais le Monde lui-même. 
Catastrophisme ? 
Cet article correspond à un interview de Hirose Takashi, Japonais présenté comme l’un des meilleurs experts du nucléaire.  
Contestant l’information des médias sur  la prétendue innocuité des 400 milli-sieverts par heure (mesuré autour de la centrale) , il explique qu’il s’agit d’une sous-estimation du danger due à une erreur de compréhension : de façon naturelle chacun reçoit par an 1 milli-sievert * .Or, à raison de 400 msvt par heure cela  donne pas moins de 3. 500.000 msvt par an...(C’est sur la durée de pollution qu’il faut établir le degré de pollution et non sur une seule mesure ponctuelle de la radioactivité.) 
 
Hirose Takashi, semble dire que  même si l’on parvient à remettre en marche le système électrique de refroidissement compte tenu de l’eau salée qui obstrue les vannes, il risque de s’avérer inefficace. 
La centrale de Fukushima compte dix réacteurs.(6 réacteurs pour Daïchi et 4 pour Daini situé à 12km ).  Si un seul réacteur développe le pire des cas (fusion incontrôlée ou accident dit de criticité**)les 5 autres de Daïchi devraient  suivre.  
<< je parle du pire des cas, mais la probabilité n’est pas faible.C’est le danger que le monde regarde et qui menace l’humanité mais il est caché au Japon.>> 
En outre, avec le vent, tout pourrait aller très vite, en quelques jours, les irradiations pourraient couvrir l’ensemble du Japon 
 
Hirose Takashi précise au sujet des réacteurs: 
<<Même si dans le cas où un  irait bien et que la circulation de l'eau soit rétablie pour trois d’entre-eux, la crise ne serait pas finie, je déteste le dire, mais je suis pessimiste. >> 
Il préconise donc une solution de sarcophage et de refroidissement souterrain immédiat.  
La solution du sarcophage consiste à “étouffer” la centrale sous des tonnes de béton (comme à Tchernobyl ). 
Selon l’auteur de l’article ,  les Japonais tardent à adopter cette solution : le faire reviendrait à avouer leur réelle impuissance et donc à remettre profondément en cause l’ensemble des centrales nucléaires du pays. 
 
Des propos  à peine plus rassurants 
Voici maintenant  le propos de Bertrand Barré conseiller d’AREVA interviewé par Universcience.tv Cet interview date du 17 mars.  
_____________ 
<<Il peut y avoir un scénario rose et un scénario noir . 
Le scénario rose , c’est qu’effectivement, grâce à l’arrivée du courant électrique, la remise en service d’un certain nombre de pompes.Peut-être qu’avec l’apport des camions pompes et des canons à eau on va arriver à refroidir. Si on arrive à refroidir le temps joue dans le bon sens, parce que la source de chaleur baisse. Donc, là c’est le scénario rose.Si ça se termine ,on aura toujours...Bien sûr on ne rattrapera pas la radioactivité qui est partie. Mais pour l’essentiel elle est partie vers l’océan. Donc , (...)  ce sera long les conséquences après c’est difficile à dire mais les conséquences sanitaires seront très minimes 
Le scénario noir c’est “ On n’arrive pas à refroidir” Et à ce moment là la température  (...) peut monter jusqu ‘à la fusion On a alors pas mal de scénarios possibles. De toutes les façons il y aura un relâchement assez massif de radioactivité. Et, à partir de là on est tributaire de la météo.C’est à dire le panache radioactif qui partira prendra la direction du vent. Il rencontrera ou non des précipitations Et donc on est forcément dans des hypothèses possibles. On sait qu’il n’y  a pas de raison pour qu’il aille très haut. Donc très loin. Mais, c’est très qualitafif.Et puis les vents ça peut changer. Donc dans la direction du vent il y aura comme une espèce de ligne très allongée où il y aura une contamination très considérable. Si ça part vers le Pacifique tant mieux mais ça peut partir vers le nord, vers  Sandaï*, vers le sud, vers Tokyo ou vers l’ouest, vers la Chine,la Corée exactement.Donc on ne peut rien dire aujourd’hui. L’accident est en cours  
Il peut...évoluer c’est pas le terme.(...) 
Il peut se terminer avec une contamination majeure c’est à dire, même si les autorités réussissent à faire ce qu’elles ont fait jusqu’ici, c’est à dire à faire les évacuations en avance; à ce moment il n’y aura pas de dégâts humains mais bien sûr on aura contaminé les sols. On condamnera les productions agricoles(...) et des endroits où l’on ne pourra pas revenir . Il y aura des zones d’exclusion qui dépendront de la quantité de radioactivité qui se sera déposé. Donc ,voilà ce qu’on peut honnêtement dire aujourd’hui.>>  
 
Conclusion 
De toute évidence, les mesures prises pour maîtriser le monstre radioactif de Fukushima, n’apportent, pour l’heure, aucune garantie. 
Un certain nombre de pays sont susceptibles de souffrir  d’une catastrophe  qui ne fait peut-être que débuter.  
En conséquence,compte tenu des lenteurs politiques habituelles généralement à l’ oeuvre dans ce type d’événements, il paraîtrait judicieux de demander à un maximum de pays de s’unir pour enfouir, sous un sarcophage avec refroidissement souterrain (ou solution radicale similaire ) et  le plus tôt possible, la centrale nucléaire de Fukushima. 
Ceci dit, la pose d’un sarcophage ne serait pas si simple : «Les réacteurs sont un peu comme des machines à café. Si on les laisse chauffer, l'eau s'évapore complètement et ils se fissurent Mettre du béton là-dessus ne rendrait pas la machine à café plus sûre. Mais au final, oui, vous pouvez faire un bouclier de béton et en finir.» Murray Jennex, professeur à l'université de San Diego en Californie, 
 
 
Centrale nucléaire de Tchernobyl 
mise sous sarcophage de béton. 
(Photo : Wikipédia ) 
===================================== 
 
Evolution de la catastrophe (1) 
 
Le 30 mars: 
 
-les Japonais envisageraient de recouvrir la centrale de bâches spéciales. 
-D’autres centrales Japonaises ne seraient pas en très bon état. 
-En France, la CRIIRAD qui dispose de balises  sur le secteur  Drôme -Ardèche a détecté de l’iode 131: 
<<Le laboratoire de la CRIIRAD a analysé, dans la nuit du 29 mars, un échantillon d'eau de pluie collecté du dimanche 27 mars à 10h30 au lundi 28 mars à 8h, sur la zone de Valence et représentatif de la Drôme-Ardèche. Le CRIIRAD a détecté dans l'eau un élément radioactif : l'iode 131, présent toutefois à un faible niveau. Le niveau de radioactivité a été mesuré à 0,7 becquerel (Bq) par litre. Il pourrait atteindre plusieurs centaines de Bq par mètre carré, cumulés sur les quinze prochains jours. En comparaison, le laboratoire note qu'en 1986, suite à la catastrophe de Tchernobyl, les retombées d'iode 131 sur la France, ont varié entre les régions de 1000 Bq/m² à 200.000 Bq/m². La contamination actuelle est plus faible mais néanmoins mesurable. La CRIIRAD indique que l'iode détectée ne présente, pour le moment, aucun risque pour la santé.>>(Lyoncapitale.fr ) 
 
==================================== 
 
Le 31 mars 
 
France; 
La CRIIRAD : 
<<La CRIIRAD sera particulièrement attentive aux dépôts de radioactivité sur les sols car ils vont progressivement s’accumuler, en particulier dans les zones où les précipitations seront abondantes. En traversant les masses d’air, la pluie se charge en aérosols radioactifs et en gaz solubles comme l'iode, intensifiant ainsi les dépôts au sol.>>  
 
Japon; 
Nouvelobs.com 
Le gouvernement  Japonais envisage de démanteler la centrale une fois les opérations de refroidissements réalisées. 
Le propriétaire de la centrale lui (Tepco) parle de démanteler non pas la centrale mais les 4 premières réacteurs.”Les réacteurs 5 et 6, épargnés par la catastrophe, pourraient être conservés.”  ) 
----------------------- 
Japon; 
note de l’IRSN*** 
<<L’état des réacteurs 1et 3 reste très préoccupant. La présence d’eau contaminée dans les bâtiments des turbines des trois réacteurs met en évidence que des fuites importantes d’eau en provenance des cuves ou des enceintes des réacteurs ont lieu. Des opérations de pompage de cette eau sont en cours sur les réacteurs 1, 2 et 3.  
Ce constat confirme les suspicions de perte d’étanchéité des enceintes ou des circuits de refroidissement des réacteurs n°2 et 3. Par ailleurs, de l’eau contaminée est également présente dans des puits adjacents aux bâtiments des turbines des réacteurs 1 à 3. 
L’alimentation en eau des piscines pour éviter leur dénoyage n’est pas remise en cause à ce jour.  
Dans l’état actuel de la situation, il parait raisonnable de considérer qu’il ne devrait pas y avoir de rejet conduisant à des conséquences plus importantes que celles observées jusqu’à présent au-delà de 30 kilomètres de la centrale.>> 
----------------------- 
 
Japon; 
l’express.fr: 
15h30 : Les Etats-Unis envoient au Japon 120 spécialistes en décontamination, selon la NHK. 
[NHK:groupe japonais public; diffuse émissions de  radios et de télés ] 
 
15h55 : Selon la NHK, Tepco n'a pas fourni de dosimètres à chacun de ses employés-sauveteurs, en contradiction avec "les règles émises par le gouvernement". La radioactivité sur le site est très forte et oblige les sauveteurs à connaître avec précision la dose reçue. 
 
17h51 : Un taux de radioactivité 10.000 fois supérieur à la normale à été détecté dans de l'eau sous le réacteur 1, selon Tepco. “ 
----------------------- 
Etats -Unis- Etat de Washington; 
Ici.TF1.fr 
-Traces  d’iode radioactif qualifiées d’infimes  dans un échantillon de lait. 
----------------------- 
Chine; 
Ici-TF1.fr 
Traces d’éléments  radioactifs à des niveaux extrêmement faibles sur presque tout le territoire chinois. 
 
====================================== 
le 1° avril 2011 
 
Selon l’IRSN***: 
 
France; 
les prélèvements effectués du 24 au 29 mars 2011 attestent d’une présence généralisée en France de traces d’iodes. A des concentrations très faibles ne présentant aucun danger ni pour l’environnement ni pour la santé . 
 
Japon; 
-<<L’état des réacteurs 1 à 3 reste très préoccupant. Bien que les alimentations électriques aient été retrouvées, les systèmes de refroidissement propres aux installations ne sont pas remis en service ; les vérifications se poursuivent. Le refroidissement est assuré par injection d’eau douce. Les cœurs sont toujours dénoyés sur environ un tiers de leur hauteur.  
Par ailleurs, la présence d’eau contaminée dans les bâtiments des turbines des trois unités met en évidence que des fuites importantes d’eau en provenance des cuves ou des enceintes des réacteurs ont lieu. Des opérations de pompage de cette eau sont en cours sur les réacteurs 1, 2 et 3.  
Ce constat confirme les suspicions de perte d’étanchéité des enceintes ou des circuits de refroidissement des réacteurs 2 et 3.  
(...) 
Dans l’état actuel de la situation, il paraît raisonnable de considérer qu’il ne devrait pas y avoir de rejet conduisant à des conséquences plus importantes que celles observées jusqu’à présent au-delà de 30 km. 
L’état des centrales 5 et 6 est maîtrisé ; réacteurs et piscines font l’objet de refroidissements alternés avec les systèmes propres à ces installations. 
Enfin, TEPCO est maintenant assisté à la fois du concepteur des réacteurs (General Electric) et de la NRC, l’autorité de sûreté américaine.>> 
 
Japon;  
Selon Next-Up qui se réfère à un site Internet Japonais: 
De la fumée a été repérée à une autre centrale nucléaire dans le nord du Japon mercredi selon Tokyo Electric Power.La société a déclaré que de la fumée a été détectée dans le bâtiment de la turbine no.2 du réacteur de la centrale vers 18h.Cette usine nucléaire se situe à environ 10 km de la centrale de Fukushima. Un ordre d'évacuation a été donné pour les habitants qui vivent dans un rayon de 10 km de cette centrale. 
 
Japon; 
Nouvelle alerte de Next-up qui se réfère à www.independant.co.uk:  
<<C'est confirmé: la fusion des barres de combustible est en cours et la situation est réellement hors de contrôle.Le noyau radioactif dans un réacteur de la centrale de Fukushima semble avoir fondu dans le fond de sa cuve de confinement selon la mise en garde d'un expert hier. Des craintes ont été émises quant aux gaz radioactifs qui pourraient être libérés bientôt dans l'atmosphère.Richard Lahey, qui a été chef de la sécurité des réacteurs chez General Electric, dit que les travailleurs ont maintenant perdu leur combat.  
Le noyau a fondu à travers le fond de son récipient, dans le réacteur no.2, et une partie de cette substance se trouve maintenant sur le plancher.Les travailleurs sont payés très cher pour tenter de mettre fin à ce cauchemar, exposés à un très haut niveau de radiation, mais il semble que leur bravoure suicidaire pourrait s'avérer vaine et mortelle! L'opérateur de la centrale espère arrêter la contamination en cours sans quoi 130 000 personnes seront forcées de quitter leur maison.  
 
En date d'aujourd'hui, le lait est contaminé, les légumes et l'eau potable. L'eau de mer autour de la centrale l'est tout aussi, sans compter les marées qui disperseront les éléments radioactifs. Les autorités ont noté des quantités de plutonium dans le sol en dehors de la centrale. Les tunnels qui relient les réacteurs 1, 2 et 3 sont remplis d'eau contaminée et ce, à des niveaux importants.L'Agence de sécurité nucléaire du Japon prétend que les niveaux de plutonium ne sont pas dangereux pour la santé humaine [vraiment?], mais confirme tout de même que la situation est extrêmement grave et qu'une fusion partielle serait en cours dans au moins un réacteur.Les ingénieurs continuent de tenter de réparer le système de refroidissement, mais ils sont forcés de travailler entourés de radiations et sans électricité.>>  
 
============================= 
* Selon Bertrand Barré conseiller d’AREVA cette dose est de 3 millisieverts.Elle est de 1 à 2 millisieverts selon la Gazette nucléaire. 
Elle est de 1 à 3 selon d’autres sources, en fonction des régions.  
 
** accident de criticité :”accident de criticité peut être défini comme étant une libération fortuite d’énergie survenant à la suite d’une réaction en chaîne de fissions. Une telle situation peut se produire dans une installation lorsque la quantité de matière fissile présente est supérieure à la masse critique qui dépend de la géométrie et des propriétés physico-chimiques du milieu considéré. L’excursion de puissance est accompagnée de l’émission intense de rayonnements neutrons et gammas ainsi que du relâchement de produits de fission” (Wikipédia)  
En bref: selon ce propos, il  s’agit d’une  réaction en  chaîne avec radioactivité de très grande intensité produisant l’équivalent d’une explosion. On peut donc parler me semble-t-il d’explosion nucléaire. 
 
*** IRSN :Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire 
---------------------------- 
 
___  
___________ 
________________________ 
 
En bref... 
Actualités 
 
 
La centrale nucléaire de Fukushima 
menace-t-elle l’humanité ? 
 
 
---------------------------------------------------------------------- 
 
montagne-protection.org 
 
 
 
 
 
Retour haut de page 
 
 
Agriculture  Chasse Citations Débat Ecologistes  Elections  Faim  Forêts Moteurs Ondes  Ours  Photos  Poèmes Projets Protection nature Réflexions   Station de ski  Nucléaire 
 
Ouvrages de Lilian Brunel
 
© www.montagne-protection.org