Ariège-Pyrénées, Montagne menacée ->Accueil   >>Sommaire de Montagne-protection  
 
Projet d'extension de Guzet - Neige  (Ariège- Pyrénées)/ Projet irrecevable   >>Reportage photo: Avalanches et Zones à Enneigement Déficitaire > 
Méthode utilisée 
 
Protection de la montagne, de la nature et de l’homme                                                                                                                  www.montagne-protection.org 
Contact 
 
 
Bas de page 
 
 

Reportage photo:projet d'extension de Guzet-Avalanches et Zones à Enneigement déficitaire

Méthode utilisée pour observer et rendre compte des ZED (2)

 
page pubpublié le 25/7/2009liée le 24/7/2009 
 
 
 
 
 
REPORTAGE PHOTO 
Projet d’extension 
de Guzet: 
ZED et avalanches 
 
Travail réalisé 
de mai à juillet 2009 
 (Préambule: 2008) 
Photos  
2002 à 2009 
Auteur: 
Lilian Brunel   
 
 
----------- 
 
 
A-LES ZED 
ZONES à 
ENNEIGEMENT 
DEFICITAIRE 
 
1.Préambule 
Photos du 
25/12/2007: 
 
1.1 
 
1.2 
 
1.3 
 
 
2.Analyses 
( généralités ) 
 
2.1 
 
2.2 
 
2.3 
Méthode  
utilisée 
 
L’enneigement 
artificiel ne changera rien 
 
2.4 
 
3. Analyses de terrain 
 
3.1 
 
 
3.2 
 
3.3 
 
3.4 
 
 
4.Complément  
Photographique 
 
4.1 
 
4.2 
 
 
4.3 
 
 
 
4.4 
 
4.5 
 
4.6 
 
 
B- AVALANCHES 
 
 
 
C- 
CONCLUSION 
(du reportage 
photo ) 
 
 
 
 
--------------- 
 
Pour en savoir 
plus : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
.

2.3Méthode utilisée pour observer les ZED et rendre compte de leur existence

 
 
Depuis 2002 , date  où fut projeté un télésiège sur le Freychet, 
(implanté en 2003), chaque année, nous avons pris soin de nous rendre sur les lieux mais aussi sur d’autres sites ariégeois depuis lesquels ces lieux sont plus ou moins visibles.   
Nous avons  pu  comparer les différences d’enneigement entre les domaines  exploités et ceux convoités,  durant notamment les années 2002, 2006, 2007,2008 et 2009 Et de photographier  les zones considérées. 
Dès le début, nous avons tenu à faire observer qu’il existait  plusieurs zones à enneigement déficitaire (ZED ) ne permettant pas un meilleur enneigement de la station. 
Par ZED , redisons-le il faut entendre ici : un manque de neige  par rapport à un domaine  censé être mieux enneigé.  
Généralement, pour déceler ces zones, il est préférable de se rendre sur le terrain,au printemps, à la fonte des neiges  mais il est possible de les observer également en période froide : par exemple durant les mois de janvier ou de février ,après une période d’enneigement suffisant suivie d’une  période de fonte . Car tout enneigement faible à modéré de la station est susceptible de permettre cette observation, indépendamment de la période de l’année. 
 
 
 
L’ENNEIGEMENT ARTIFICIEL NE CHANGERA RIEN A LA PROBLEMATIQUE  
Cette observation a tenu compte de la possibilité d’être induit à l’erreur par le damage des pistes et par l’enneigement artificiel. C’est pourquoi  il s’agissait avant tout de comparer le secteur convoité  à  des zones naturellement enneigées de la station .Et c’est bien ainsi que la mise en évidence de l’existence des ZED est apparue.  
Les ZED sont principalement exposées soit au sud pour la plus haute en altitude, soit à l’est , ou au nord-est pour les plus basses. Alors que le vallon de Guzet, lui, à altitude  similaire aux ZED les plus basses (ZED1 à ZED3), est globalement orientée plein nord.  
Sous nos latitudes, ce sont toujours les versants Est  et Sud qui sont les plus déneigés et les versants nords les plus enneigés ( l’altitude intervient certes, mais pas de façon aussi évidente qu’on est tenté de le croire) ; l’erreur commune consistant à confondre des orientations nord-est, voire des versants nord-est  avec des versants nord  alors que la différence sur le terrain s’avère souvent très significative. 
Ces orientations, mais aussi des altitudes similaires ( pour les ZED 1 à 3)   expliquent que l’enneigement naturel des ZED  soit globalement du même ordre que l’enneigement naturel de la partie inférieure du vallon de Guzet.   
De ce fait, l’éventuel argument selon lequel ces ZED seront compensées par l’utilisation des canons à neige ou par le damage, ne serait pas valable. Puisqu’il faudrait comparer alors les ZED artificiellement enneigées à des pistes actuelles également enneigées de façon artificielle, ce qui globalement ne changerait rien au problème : on se réfèrerait alors, à nouveau,  à  des conditions d’enneigement analogues ou quasiment analogues.  
Ainsi,  lorsque les zones inférieures du vallon de Guzet enneigées artificiellement seraient déneigées, les  ZED enneigées de façon artificielle, seraient, elles aussi, globalement  déneigées ou insuffisamment enneigées. 
 
 
LES ZED SE RETROUVENT-ELLES D’UNE ANNEE A L’AUTRE ? 
Les ZED seraient-elles tributaires  de facteurs climatiques qui les rendraient variables suivant les années ? En d’autres termes serait-il possible que telle zone déficitaire telle année , ne le soit pas telle autre ? Pour répondre à  cette question, il paraissait nécessaire de se rendre à Guzet, sur plusieurs années. 
L’observation  menée durant plusieurs saisons  avec notamment l’ année 2009 qui fut considérée, par les stations de ski,  comme très enneigée, est sans appel :en prenant, par exemple, comme point de repère la partie inférieure du vallon de Guzet déneigée ou peu enneigée,  ces zones à enneigement déficitaire se retrouvent d’une année à l’autre.[1] 
 
Elles sont constantes, identiques à elles-mêmes,  présentant, au mètre près, les même limites et donc les mêmes étendues : indépendamment de l’année et indépendamment de la période de l’année où l’amorce du déneigement est observé.  
Comme dit plus haut, leur existence s’explique avant tout par leur exposition  mais aussi par leur altitude relativement basse  (entre 1495 m et 1750 m) . Ces altitudes équivalent à celles du vallon équipé de Guzet (1370 m -1750m ) ; abstraction faite cependant  de  la ZED du versant sud  (1900-2060m) qui correspond à   l’une des deux zones les plus élevées de l’ensemble du massif ( l’autre zone étant la partie amont du versant nord-ouest, équipée, du Freychet) 
Il est possible cependant,  de noter quelques légères différences, d’une année à l’autre, au niveau de la ZED4, mais elles ne sont pas déterminantes.   
 
 
METHODE UTILISEE  
Ceci dit, compte tenu de l’argument selon lequel le projet d’extension permettra un meilleur enneigement de la station -cf. par exemple  M. Nayrou, député et président du syndicat mixte de Guzet qui parlait  de « frigot à neige » - nous regarderons  en détail , les dits secteurs et constaterons que les performances réfrigérantes du dit frigot sont très limitées et qu’elles  ne permettent absolument pas de parvenir à un meilleur enneigement de la station. 
 
La méthode  utilisée pour attester de la réalité de ces ZED consiste à prendre en photo, un même jour, les zones considérées : ce qui permet d’établir des comparaisons de différences d’enneigement. 
 
 
Au vu de ces photos , chacun , s’il est de bonne foi,devrait être  en mesure de reconnaître  qu’il existe bel et bien  un important déficit en neige naturelle. 
Ce déficit, par l’importance des superficies des zones  correspondantes, par sa localisation “stratégique” et par sa pérennisation annuelle s’avère déterminant. 
Car : lorsque le vallon de Guzet est insuffisamment enneigé, les ZED le sont également.  
Une fois admis cela, prétendre parvenir à un meilleur enneigement de la station, grâce au projet d’extension relèverait d’un discours strictement irrationnel. 
 
 
 
TRUCAGE PHOTOGRAPHIQUE ? 
Comme les différences  d’enneigement  des lieux considérés sont assez remarquables, certains seront peut-être tentés de croire à des trucages photographiques. Quelques éléments permettent alors d’invalider cette accusation: 
 
-trop de personnes connaissent les lieux et sauraient discerner la tromperie; 
 
-les informations précédemment exposées sur Montagne-protection.org nous paraissent largement suffisantes en elles-mêmes  pour attester de l’inutilité de ce projet, avec ses aberrations environnementales, sécuritaires, financières et économiques (voir notre dossier: projet d’extension irrecevable ); il n’est pas nécessaire de recourir à des stratagèmes. 
( Nous  y avions cependant rapidement évoqué les ZED, sans  avoir réellement démontré leur existence. D’où la nécessité de ce nouvel exposé.) 
 
-éventuellement, par un travail photographique de mise en correspondance, nous sommes en mesure de montrer qu’il n’ y a aucun trucage; 
 
-en cas de doute,  chacun peut aller constater par lui-même, sur le terrain,  de l’existence des ZED [2]. 
 
 
__________________ 
 
 
NOTES 
[1] Il faut nécessairement un point de repère; pour mieux comprendre voir cette page :les ZED se retrouvent d’une année à l’autre 
 
[2] Attention néammoins (si ce conseil est permis) et c’est valable pour le hors piste également : ne pas s’aventurer en n’importe quelles circonstances dans les zones avalancheuses. Les avalanches en question sont assez fréquentes et n’ont rien de débonnaires.  
 
_______________________________ 
 
 
Page précédente 
Page suivante
2.2 
 
2.4 
 
 
Protection de la montagne, de la nature et de l’homme 
Montagne-protection.org 
 
 
Avant que neige vienne... 
Au sein du secteur menacé.  
Un versant pâturé depuis des siècles, si ce n’est des millénaires. Avec graminées appréciées des brebis. 
(Ruines d’orrys, en haut , à droite de la photo.) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Haut de page 
 
 
 
 
 
Agriculture  Chasse Citations Débat  Elections Faim  Forêts Moteurs Ours  Photos  Poèmes Protection nature Réflexions  Ski Wimax   
 
 
 
© www. montagne-protection .org