Projet d’extension de Guzet- Page 23 - Projet illégal !                          
Montagne-protection.org  -  Protection de la montagne, de la nature et de l’Homme 
 
ARIEGE-PYRENEES, MONTAGNE MENACEE ! 
 
 
Protection de la montagne ariégeoise, dans l’intérêt même des populations locales 
 
 
Bas de page 
 

Station de ski de GUZET-NEIGE PROJET D’EXTENSION IRRECEVABLE !

 
 
1- Préambule 
( Présentation du problème ) 
 
2- Rapport du Comité Ecologique Ariégeois 
 
 
3- Avis et rapports des administrations 
 
3.1- Des rapports de l’administration qui corroborent étroitement nos analyses 
 
3.2- Des avis qui ne légitiment absolument pas le projet 
 
4- Projet illégal ! 
Page 23 
 
5- Conclusion 
Afficher  
 
Que puis-je faire ? 
 
Pétition 
 
Table des matières 
 
 
 
 
 
 
Affaire complémentaire en relation avec le projet de GUZET-NEIGE 
 

L'affaire du PLU d’Aulus-les-Bains. Exemple-type d'une pseudo-concertation des plus insidieuses

 
 
 
 
 

Liste de projets anti-nature

 
Parmi les secteurs menacés : 
 
 
- l’Aston 
- Mijanès 
- le Bouirex 
- le pla de la Lau 
- la vallée d’Estours 
- le col de Pause 
- le port d’Aula 
 
 
 
 
 
 
BIENTOT SUR VOS ECRANS 

Routes forestières en surnombre

 
 
 
 
 
 
VOUS CONNAISSEZ UN SITE MENACE ? 
 
 
www.Montagne-protection.org 
Projet d’extension de GUZET-NEIGE - UTN 2005 -  Projet illégal !
                      
 
Page 23 
 
  
 
 
 
 

PROJET D'EXTENSION DE LA STATION DE SKI DE GUZET-NEIGE,EN ARIEGE -PYRENEES ? PROJET ILLEGAL !

 
 
 
Ce projet est illégal à plusieurs titres.  
Mais l’un d’eux choque particulièrement: celui concernant la piste  du versant sud . 
Pour en juger, le mieux est de revoir les événements dans  l’ordre chronologique tout en gardant à l’esprit les éléments suivants: 
-dans un premier temps l’existence de cette piste de ski ne sera absolument pas reconnue ni par la préfecture, ni par la sous-préfecture. Elle fut même niée, considérée comme un simple dépôt de déblais... 
-dans un second temps, elle sera tout simplement citée en tant que piste de ski, par  le dossier UTN de 2005, lui-même... 
----------------------- 
 
2002 :une première enquête publique pour UTN a lieu .  
Selon le dossier , il s’agit de créer deux pistes de ski de part et d’autre du sommet du Freychet ,sur les crêtes dites  Est et Ouest. 
Mais aussi de remplacer un téléski par un télésiège qui montera un peu plus haut, jusqu’au sommet. 
L’ensemble concerne uniquement  le versant nord-ouest. Aucune allusion n’est faite quant à aménager son revers : le  versant sud. 
Tout au plus, des photographies et une légende font allusion à un  dépôt de déblais qui déborderait légèrement. 
Rappelons-le : un dossier UTN se doit de présenter les principales nuisances environnementales à attendre de la réalisation du projet. 
Et les écologues de l’Amidev mandatés  par le Syndicat de Guzet  ne s’en privent pas. Sauf, qu’ils ne font aucune allusion à d’éventuels travaux, ni encore moins à leurs  impacts, sur le versant sud...   C’est pourtant sur ce versant là, que seront réalisées les atteintes les plus importantes... 
 
Ils énumèreront toutefois les restrictions réglementaires auxquelles le   versant sud est soumise. 
Ce versant est  situé  en zone  2 NANA Sncsk, par le POS d’Ustou  
 
[Or, ]<< Le règlement de cette zone stipule que: 
sont interdits
1.les constructions de toute nature 
2.les lotissements de toute nature 
3.l’aménagement de terrains de campings  et de stationnement de caravanes 
4.les carrières, exhaussements et affouillement du sol 
Types d’occupation et d’utilisation des sols autorisés: 
Sans objet: dans l’attente des dispositions du Programme Pluriannuel de Développement touristique.>> 
 
C’est ici le point 4 avant tout qui nous intéresse: 
car de multiples exhaussements et  affouillements du sol seront commis sur le versant sud... (Lesquels se soldent par la création d’une voie d’accès [embranchement] et création d’une piste de ski...) 
 
En 2002 comme en 2006, seule une procédure UTN pourrait  permettre,sur ce versant sud, l’éventuelle extension de la station : mais encore faudrait-il que la procédure s’accompagne d’un projet correspondant ! 
Encore faudrait-il également que le dit projet n’enfreigne pas  ce point 4 du règlement du POS ! 
 
En 2002, le CEA ignore ce qui se trame  mais soupçonne un projet à tiroirs; c’est pourquoi nous suggérons  de ne pas placer la gare d’arrivée du télésiège au sommet, mais un peu en contrebas. 
Nous craignons, en effet, que placée au sommet, elle ne soit prétexte  à réaliser plus tard de nouvelles pistes de ski, de l’autre côté,  sur le versant sud, justement... 
Bien entendu nos doléances resteront lettre morte... 
 
Sous ses lignes, voici une photo du versant sud où une route de terre zigzague : c’était 16 ans environ après sa construction. Cette voie carrossable monte donc au sommet du Freychet par le versand sud ; mais, au jour où fut prise la photo, celui-ci ne présente encore aucune piste de ski . 
Noter également que cette voie d’accès ne comprend aucun embranchement. En fait, elle contourne le sommet et donc - “détail” à retenir, pour comparaison avec photo suivante : elle  n’y parvient pas vraiment ... 
 
Avant-la-nouvelle-piste-de-ski 
 
Petite précision: ce versant, bien que desservie par une piste est difficilement visible depuis les vallées.Il est donc relativement aisé d’y oeuvrer à sa guise, sans que les villageois le sachent.  
 
Juin 2003, le  haut du versant est littéralement défiguré, sans que personne ou presque ne paraisse s’en soucier... 
En voici le résultat ( croyez-vous vraiment que cela corresponde à du respect de la nature ?...)  : 
 
piste-de-ski-versant-sud-été 
 
Observer notamment l’ondulation de la piste de ski avec sur sa droite trois buttes érodées par la pelle mécanique et sur sa gauche un remblai de plusieurs mètres de haut permettant d’obtenir la mise à niveau de la plate-forme. 
 
La flèche  indique le haut de la route de terre comme on peut le voir sur la photo précédente. 
Par comparaison avec la photo précédente, on peut donc affirmer : un  embranchement  a aussi été créé , en partie visible ici .(Lui non plus n’était absolument pas prévu par l’UTN en question.) 
Cet embranchement  coupe le haut de la piste de ski pour déboucher non loin du  sommet à moitié décapité. 
 
Ci-dessous, le haut de la piste de ski  : 
 
brèche-artificielle-sommet-piste 
 
La piste vu sous un autre angle : 
grand-respect-natur-Versant-sud 
 
Ici, les deux embranchements de la route de terre sont “nettement” discernables. 
 
La neige va venir, masquant le chantier et il faudra attendre l’année suivante pour que le CEA obtienne suffisamment d’informations avant de  se manifester. 
Toutefois, une méprise aura lieu provenant du double sens du mot “piste” : elle  aura des conséquences des plus inattendues... 
En effet, mars 2004,  un membre du CEA  adresse au préfet une lettre qui pourrait se résumer ainsi : 
Suite à l’UTN 2002 qui concernait seulement le versant nord-ouest nous constatons aujourd’hui une utilisation anormale du versant sud, espace situé hors du domaine de la station.(...)  
Dans cette lettre, le CEA utilise le mot piste en lui donnant  le sens de “ route de terre” et non  celui de “ piste de ski” Tout laisse à penser donc, qu’il ignore lui-même l’existence de la nouvelle piste de ski... 
Trois mois plus tard (7 juin 2004), soit un an après la création de la piste de ski, réponse du préfet  en poste (M. Eric Delzant )  : 
 
<<(...)En conclusion, je vous confirme que la réalisation des travaux prévus par l’UTN et les autorisations correspondantes engagées par des marchés en cours, se poursuivent en 2004 dans le respect des engagements pris et n’auront pas pour conséquence d’ouvrir de nouveaux espaces aux skieurs .>>  
 
Ou encore, plus loin: 
 
<<les travaux récents n’ont pas modifié l’utilisation du panneau sud qui a toujours été skié par quelques individus en hors piste .>> 
 
Ce qui, en substance, s’avère à la fois,  insidieux, ambigü et faux : les travaux récents ont non seulement  modifié le panneau sud, mais aussi , son utilisation , puisque, par son nouveau modelé,  ce versant invite forcément un plus grand nombre de skieurs à y descendre en hors-piste. 
Donc à cette date , il semblerait déjà que la préfecture veuille minimiser les problèmes... 
Au fil du temps, cette curieuse façon de regarder la réalité en oblique va se préciser... 
 
14 Septembre 2004 réunion de l’observatoire de l’environnement  
 
A l’instar de la commission UTN (cf. page 15), 
cet observatoire censé observer l’environnement 
se compose pour une large majorité de représentants d’organismes généralement favorables aux aménagements, voire promoteurs eux-mêmes d’aménagements  divers (des plus légers aux plus lourds...) . 
 
Ce 14 septembre 2004 , jour de réunion, 23 personnes sont présentes. Parmi elles, certaines  sont  censées connaître l’existence de la nouvelle piste de ski; notamment : le sous-préfet de Saint Girons (M. Saint-Exupéry de Castillon ),un représentant du Syndicat mixte de Guzet ( M. Luc Billand ),divers membres du conseil général, mais aussi un fonctionnaire de la Direction de l’Equipement (M. René Escaich ) conducteur des travaux pour l’UTN de Guzet. 
 
Est remis à chaque membre de cette réunion un texte de 3 pages exposant rapidement le projet et accompagné d’un plan des pistes correspondantes. 
Voici un extrait de ce plan (pré-UTN 2005) : 
 
plan piste versant sud 
 
 
 
Le tournant en épingle située dans la zone bleue permet de localiser   rapidement le collet qui se situe juste sur sa droite. 
Au niveau  de la lettre B, les courbes de niveau représentent le flanc sud du  mamelon visible sur la photo. 
Tout donc correspond: les limites de cette piste sont strictement identiques sur le terrain et sur la carte. 
Or, à notre connaissance, durant cette réunion de l’observatoire de l’environnement personne  n’observe (ou ne fait  observer) que la piste AB existe déjà... 
Probablement, en une telle assemblée, eut-il été déplacé de préciser que le projet sur lequel 
il convenait de se prononcer était déjà, partiellement - et anormalement - réalisé... 
Ce qui permis d’émettre plus aisément un avis favorable  :”voté à l’unanimité , sauf 1 voix” * 
 
On le voit: ici aussi, la réalité fut particulièrement regardée non pas en oblique mais bien plus en aveugle.  
Pour autant, le meilleur de l’histoire n’est pas  
là... 
 
Durant ce mois d’automne 2004, de nouveaux travaux ont lieu sur ce versant sud. Apparemment ,il s’agit d’un élargissement de la voie d’accès (et probablement de la création de l’embranchement. ) 
Pour l’occasion, un appareil photo du CEA arpente méthodiquement le terrain... 
 
Nouvelle lettre  adressée cette fois au sous-préfet de Saint-Girons, alors en poste : Monsieur François de Saint-Exupéry de Castillon  
Dans cette lettre du 11 octobre 2004,  nous informons de la création de la piste du versant sud et des nouveaux travaux en cours. Nous joignons 4 photographies suffisamment parlantes à nos yeux (Yeux candides,  subjugués par l’évidente présence d’ une piste de ski...) 
 
 
Et, avec  arrière-pensée évidente,  nous demandons : 
“(...) ces travaux s’inscrivent-ils dans une procédure légale ? “ 
 
Un mois et demi plus tard, la réponse vint... ébahissante... 
En effet, au sujet des arrêtés qui autorisaient  la construction des deux  pistes  au sommet du Freychet  (UTN 2002 ), M. le sous-préfet décrète : 
<<Ces arrêtés ont notamment prévu le dépôt de déblais excédentaires sur le versant sud du Freychet, unique emplacement permettant ce dépôt, le tout conformément aux recommandations émises par le service “restauration des terrains de montagne” de la direction départementale de l’agriculture et de la forêt de l’Ariège.>> 
 
Et, surtout  il ”ose”  écrire : 
 
<<Les travaux ainsi décrits ont donc été réglementairement prévus. En outre, ils ne conduisent en aucun cas à la création d’une nouvelle piste de ski.(...)>> 
 
Au sujet de la voie d’accès, il précise 
également : 
<<Dans un souci de réhabilitation du site, les travaux réalisés sur cette piste ont consisté à  supprimer et étaler  en aval de la pente les déblais entreposés en bordure de la piste lors de sa création; ce qui donne la fausse impression de son élargissement (...) La piste d’accès au Freychet n’a donc pas été élargie(...)>> 
 
En bref, tout est légal ,tout est parfait ! Aucune piste de ski n’existe sur le versant sud du Freychet; la voie d’acccès n’a même pas été élargie; c’est une impression... 
Il ne s’agit que de dépôts de déblais. Et mieux encore :  non seulement aucune piste n’a été construite mais les travaux en question ont été réalisés “dans un souci de réhabilitation du site” !  ... 
Donc, si  la piste AB de la carte pré-UTN correspond au mètre près à celle que nous voyons sur le terrain: c’est sans doute le fruit d’un pur hasard (des plus extraordinaires...)  
Face à tant d’applomb, pris par un doute cartésien, en tant que chargé de mission du CEA, j’éprouve le besoin de revenir sur le terrain et de revérifier... 
Certes il y a eu dépôt de déblais , mais: distances , éraflures, surfaces d’emprises et autres indices tout indique bel et bien la présence d’une piste de ski:   pour convaincre les plus sceptiques, je prends soin de consigner dans un  rapport tous les aspects techniques permettant de le démontrer . 
Mais ce travail ne sera pas nécessaire ... 
Car les promoteurs eux-mêmes nous donneront raison... 
En effet, voici que l’on pourra  lire -entre autres - dans le dossier UTN 2005 lui-même (c’est nous qui mettons en gras le plus intéressant) : 
 
<<PISTE 
Le tracé prévu pour la piste démarre au niveau de l’aire d’arrivée du trélésiège du Freychet, plonge dans la combe du Cerda (...) 
Pour les besoins  de l’exposé, nous avons    subdivisée la piste en tronçons,qui sont décrits de l’amont vers l’aval.Un premier tronçon qui  débute au niveau duPic du Freychet et joint la combe de Cerda n’est pas pris en compte dans le dossier .>>(Dossier UTN 2005 -AMIDEV-page 20 ) 
 
En clair : après avoir été niée, la piste de ski du versant sud est bel et bien considérée cette fois - officiellement - comme étant une vraie  piste de ski et non comme un dépôt de déblais ! 
 
Evidemment,  ne soyons pas naïfs, une fois que l’arrêté d’autorisation de création de l’UTN 2002 fut pris, certains documents   tentèrent, par la suite, de légitimer  l’existence de cette piste, en suggérant  qu’elle est le  résultat involontaire d’un dépôt de déblais... 
( L’existence de la station elle-même est sans doute le fruit du pur  hasard ... ) 
En fait, les chiffres eux-mêmes permettent de dire que la surface d’emprise des déblais est nettement inférieure à la surface d’emprise de l’ensemble des  terrassements...  
 
4 mars 2005:nouvelle lettre au sous-préfet (avec copie au préfet (M.Yves Guillot) 
 
Nous demandons (avec un certain désir  de porter plainte qui commence à nous titiller  ): 
<<(...) de façon à ne pas débattre inutilement, nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir nous dire s’il est possible de se procurer une copie d’éventuels documents officiels susceptibles de lever toute ambiguïté sur la nature de ces travaux et notamment une copie de l’étude de leur mise en oeuvre >
 
Réponse du sous-préfet, ci après... 
 
 
CONCOURS   MONTAGNE-PROTECTION 
(Concours clos ) 
 
La question était: 
Quelle sera la réponse du sous préfet ? 
Les candidats devaient donner une réponse la plus proche de celle du sous-préfet.  
 
Voici la réponse du gagnant, très proche de celle du sous-préfet: 
 
 
Je suppose que la réponse du sous-préfet correspond à  une compilation de  celles  formulées auparavant par le préfet et par lui-même : 
- tout s'est déroulé dans le respect des engagements pris et les travaux n'ont pas eu pour conséquence d'ouvrir de nouveaux espaces aux skieurs. 
Les déblais ont été déposés en zigzagants ce qui donne l'impression d'une piste de ski, mais ce n'en est pas une. C'est une impression....  
 
Ourdicétou 
 
La réponse du sous-préfet comporte ,en effet, trois idées clés déjà exprimées, dans les courriers précédents : 
 
1- “[les] dépôts ont (...) été étalés de manière à reconstituer la pente naturelle existant auparavant” 
(= ils ne la défigurent pas , ils la réhabilitent...) 
 
2- “la mise en dépôt des déblais  (...) n’a pas eu pour effet de créer une nouvelle piste sur le versant sud du pic du Freychet” 
 
3- "Je vous confirme donc à nouveau que les travaux (...) ont été réalisés dans le strict respect de la réglementation" 
 
Donc,si vous voyez ,lecteur,une piste de ski sur les photos de cette page, ne vous y fiez pas; il s’agit  d’une impression due à des déblais ayant le mérite de réhabiliter le site, afin de lui redonner son aspect naturel... 
C’est  un sous-préfet qui, avec petites subtilités,  l’a vaillamment suggéré ! 
 
Tout n’est-il pas bien dans le  meilleur des mondes ?... 
 
 

PISTE DE SKI ILLEGALE

 
L’ESSENTIEL   A SAVOIR 
 
Imaginez: vous construisez les fondations d’une maison en pleine montagne. 
Ensuite, vous demandez une autorisation de permis de construire, tout en laissant croire que les fondations ne sont que le résultat involontaire d’un dépôt de matériaux. 
Seriez-vous dans le respect de la loi ? Non, certes non. 
 
Et pourtant , Guzet a agi de la sorte : construisant tout d’abord, sans autorisation, en guise de fondations, une  piste de ski sur le versant sud du  Freychet; demandant ensuite, en guise de façades et de toit, l’extension dans la combe du Cerda... 
Bien comprendre que sans cette piste, le projet UTN 2005 n’aurait aucun sens, puisque sans elle, il serait  impossible, pour les skieurs , de  parvenir dans la combe. 
 
Piste illégale puisqu’elle a été construite sans autorisation. 
L’UTN 2002 ne la prévoyait absolument pas. 
Mais illégale encore puisqu’elle a été construite sur une zone du P.O.S. interdisant ce type de construction. 
Et illégale enfin, puisque la demande de permis de construire de la “maison” masque, en réalité, sa construction partiellement entamée... 
-------- 
Seul un plan présenté dans un petit fascicule fait allusion à cette piste en tant que projet à présenter lors de l’UTN 2005 ... 
Problème : lorsqu’en 2004, ce fascicule est publiquement présenté, la piste en question a déjà été créée , un an plus tôt... 
 
 
 
 
 
 
 
 
------------------------------------------------------------------ 
 
 
------------------------------------------------------------------ 
*Observatoire de l’Environnement: 
Cette voix courageuse étant celle de François Paumier, représentant le CEA au sein du dit observatoire.   
A la réunion suivante, le président, M. Michel Sébastien (pyrénéiste bien connu en Ariège) déclarera quelque chose comme :  
<< L’avis favorable a été pris hâtivement sans vraiment avoir pris connaissance du dossier...>> 
 
 
 
 
Page 23 
  
 
 
 
Projet d’extension de Guzet :  Table des matières
 
www. Montagne-protection.org  
n  
n
 
 
 
Agriculture  Chasse Citations Débat Ecologistes Elections Faim  Forêts Moteurs Ours  Photos  Poèmes Projets Protection nature Réflexions  Ski Wimax   
 
    
Haut de page 
 
© www. montagne-protection .org